Accueil > Les 30 Mesures annoncées par son excellence Monsieur Le Président de la République (Suite)

LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONSACRE
L’AGRICULTURE ET LE DEVELOPPEMENT RURAL COMME SECTEUR STRATEGIQUE ET STRUCTURANT DE L’ECONOMIE NATIONALE



17. L’effacement de la dette des agriculteurs et des éleveurs.

18. Dans une telle perspective, le Gouvernement veillera à mener une vaste campagne d'explication de la substance et de la portée de l’ensemble de nouvelles mesures de soutien.
Un appareil d’encadrement et de recherche-développement plus performant

19. La concrétisation de cet objectif exigera la mise à niveau des capacités et des méthodes de travail de l'administration chargée de l'agriculture.

20. Un soutien conséquent sera apporté à l’enseignement, la formation et l’insertion professionnelle dans le domaine agricole.

Une commercialisation assurant une meilleure valorisation de la production

Elle passe par :

21. L’amélioration du niveau de maîtrise de la régulation des marchés des produits agricoles.
22. La poursuite du vaste programme de construction de marchés agricole et d'élevage ainsi que de centres d'abattages modernes à travers les hauts plateaux.

23. La reconduction de la mesure relative à l’alignement des prix locaux des céréales livrées aux CCLS sur les marchés mondiaux (4 500DA/q blé dur, 3 500 DA/q blé tendre et 2500 DA/q orge) et le relèvement des prix des légumes secs payés par ces coopératives (lentilles : 2.600 DA/q pois chiche : 3.000 DA/q).

24. Le soutien au développement de la production et de la collecte de lait (12 DA/l produit et livré à une laiterie conventionnée) et l’octroi d’une prime d’intégration au transformateur (de 2 à 4 DA/l et 5DA pour le collecteur).

25. Le soutien à la production de viande (ovine, caprine, aviculture, équine, cameline).

26. Le soutien renforcé à certaines productions arboricoles (oléiculture, phoeniciculture (dattes), arboriculture fruitière).

Une mobilisation et une valorisation durables de la ressource hydrique

27. La résolution de la question de l’eau, au bénéfice de la population et au service de l'agriculture passe par :

• la poursuite et le renforcement des travaux de construction :
- de barrages, de retenues collinaires et de stations d’épuration des eaux usées ;
- de stations de dessalement de l’eau de mer ;

• le lancement des études pour trois autres opérations majeures visant le transfert d’eau de la nappe albienne du Sud du pays vers une dizaine de wilayas des Hauts Plateaux.

28. Le développement des technologies d'irrigation plus économes, permettra de libérer sensiblement l'agriculture et l'élevage de la dépendance de la pluviosité dans un pays de plus en plus aride.

Un renforcement nécessaire de la fonction de contrôle

29. L’engagement par l’Etat de ressources financières considérables au profit de l’agriculture exige le recours à une gestion encore plus rigoureuse de ces derniers de la part des services de contrôle de l’Etat.

30. Les différents services de contrôle de l'Etat veilleront de près à prévenir toute tentative de détournement du soutien public à l'agriculture à des fins spéculatives et parasitaires. La justice veillera, de son côté à sanctionner, avec toute la vigueur de la Loi, toute dérive éventuelle.

<< Précédent